La Pastorale Nouvelles Croyances et Dérives Sectaires de la Sarthe (PNCDS 72), dépendant du diocèse du Mans, nous informe des faits suivants :

Le 21 novembre 2013, le frère xxx (photo ci-dessus), de la Communauté Saint-Jean, a été jugé par la Congrégation pour la Doctrine de la Foi (l'ancienne Inquisition) pour « absolution du complice », l’une des fautes les plus graves pour un prêtre.

Le frère xxx, né en 1962, devient membre en 1982 de la Congrégation Saint-Jean. Il est un des plus fidèles disciples du fondateur Marie-Dominique Philippe, dont il est le seul à porter le même nom de religion. Ordonné prêtre en 1989. Il est le maître des Études dès 1990.

Jusqu’à ce qu’il devienne docteur en philosophie, il est un des principaux enseignants de philosophie dans les maisons de formation. Il n’a cessé d’être la voix de son maître et poursuit à sa suite « la recherche de la sagesse qui est l’enjeu majeur pour l’homme contemporain ». « Il faut lutter inlassablement,dit-il, pour la survie de l’intelligence humaine capable de la vérité et de la sagesse ». Il ajoute en exergue de son livre publié en 2011 que « le prêtre en effet est l’ami du Christ et à titre particulier, appelé à la sainteté en exerçant son ministère ».

Or, lors du Chapitre Général de 2010, il tombe sous le coup d’une interdiction d’enseigner de trois ans qui sera levée par le frère Thomas, l’actuel prieur général. En vérité, Jean-Pierre-Marie, prieur précédent, avait indiqué lors de ce chapitre « qu’il avait tout fait pour le protéger » et lui éviter une réduction à l’état laïc pour des faits graves dont des affaires de mœurs dont il avait, tout comme Mgr Rivière, pleine connaissance. (Mgr Rivière avait pourtant déclaré dans La Croix en 2013 que « cacher des faits graves est une faute »)…

À nouveau, on a appris qu’il avait été jugé pour « absolution du complice » et privé pendant 5 ans du droit de confesser et de célébrer publiquement la messe, par décret de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi du 21 novembre 2013. Cette condamnation fait actuellement l’objet d’un recours de la part du frère, lequel peut donc, pour l'instant, continuer à célébrer la messe comme si de rien n'était...

L'absolution du complice : c'est lorsqu'un prêtre accorde à une personne, lors d'une confession, l'absolution d'un péché commis volontairement par cette personne avec ce même prêtre. En l'occurence, un péché contre la chasteté...

En octobre 2012, le magazine Golias Hebdo n°259, avait déjà consacré un article  à ce frère particulièrement sulfureux... Voir ci-dessous : 

http://pncds72.free.fr/307_saint_jean/307_9_envers_decor/307_9_2_face_cachee_fmdg.pdf

 

Partager cet article

Repost 0